La Grèce au bord du referendum

La Grèce au bord du referendum
Dans quelques heures, les Grecs auront décidé s’ils souhaitent continuer d’appartenir à l’Union européenne, ou s’ils choisissent d’affronter un destin solitaire. Car, malgré les déclarations plus ou moins lénifiantes des partenaires européens qui, pour diverses raisons et à des degrés divers, affirment que la Grèce doit rester dans l’Union, et malgré les mensonges du gouvernement grec qui prétend contre toute raison que sa démarche est constructive, c’est bien de cela qu’il s’agit. Continuer la lecture

Cuba au pied du mur

L’annonce par le président Obama de la normalisation prochaine des relations entre les Etats-Unis et Cuba ferme une parenthèse de cinquante-trois ans et ouvre la voie au rétablissement de relations diplomatiques, économiques et humaines entre les deux pays.

Cette décision est le résultat d’un constat d’échec, clairement formulé par Barak Obama, de la politique d’isolement et d’embargo imposée par les gouvernements américains successifs depuis la victoire de la révolution cubaine. Du simple fait que Fidel Castro et son régime aient pu survivre, en dépit des vicissitudes, à onze présidents américains successifs, on pouvait s’en douter. Mais encore fallait-il que le président actuel le dise tout haut et en tire les conséquences pratiques. En politique, les décisions les plus évidentes ne sont pas toujours les plus faciles à prendre, celle-ci est bien un geste courageux qui mérite d’être salué. Continuer la lecture

De l’exercice du pouvoir, ailleurs comme ici.

Au mois de septembre 1993, à Koudougou, lors des funérailles de Maurice Yaméogo, premier Président de la République de Haute-Volta, avant que le pays ne change de nom, tous les chefs d’Etat qui lui avaient succédé étaient présents. A priori, quoi d’extraordinaire à cela ? Seulement voilà, tous ces personnages, ou presque, avaient pris le pouvoir à la suite d’un coup d’Etat, chacun renvoyant son prédécesseur à une retraite précoce, ou à l’exil dans le cas de Maurice Yaméogo qui n’était revenu au pays que dans un cercueil.

Seul manquait à l’appel Thomas Sankara, disparu dans des circonstances encore obscures, lors de son renversement par le capitaine Blaise Compaoré quelques années plus tôt. Pour un observateur ordinaire de la scène africaine, le spectacle de cette brochette de comploteurs que l’ex-capitaine, désormais Président, avait magnanimement invités, figés côte à côte au bord de la fosse, entourés d’une foule qui se pressait dans une chaleur écrasante, avait quelque chose de surréaliste. D’ordinaire,  en Afrique, les perdants ne sont pas de la fête. Continuer la lecture

Relire Huntington

A la fin de son ouvrage “The Clash of Civilizations”, Samuel Huntington avait tenté d’imaginer ce qui pourrait déclencher une guerre mondiale à notre époque. Tout en soulignant bien les limites de l’exercice, il avait imaginé un enchaînement de situations dans lesquelles les Etats-Unis pourraient être entraînés dans un conflit majeur avec la Chine, provoquant une déstabilisation générale de l’équilibre international. Partant du constat que les relations entre le Vietnam et son grand voisin, qui sont historiquement empreintes de méfiance, avaient à diverses reprises débouché sur des conflits armés violents au cours des années récentes, Huntington décrivait, afin d’avertir du danger, comment un énième conflit frontalier entre la Chine et le Vietnam pourrait entraîner les Etats-Unis et le reste du monde dans un conflit majeur, si ces derniers s’aviser de soutenir le Vietnam dans ce qui, au départ, pouvait être analysé comme une simple crise régionale.

 En 1996, date de parution de l’ouvrage, le souvenir de la guerre du Vietnam était encore récent et les relations avec Hanoï se résumant à une politique d’embargo, cet exercice de prospective pouvait paraître très théorique. Aujourd’hui on apprend, sans tambour ni trompette, que les Etats-Unis vont, pour la première fois depuis des décennies, vendre du matériel militaire au Vietnam afin de renforcer sa sécurité maritime. A part les pirates thaïlandais, on ne voit guère qu’un seul pays qui soit susceptible de troubler la paix de ces eaux par ses ambitions hégémoniques.

Certes, les acteurs de ce théâtre ne sont ni des amateurs, ni des naïfs et on devrait pouvoir leur faire crédit d’être conscients des enjeux comme des risques. Il n’en reste pas moins que toute modification, si légère soit elle en apparence, d’équilibres précaires  sur une ligne de fracture vive est hasardeuse si elle ne s’accompagne pas d’une claire connaissance mutuelle  des intentions des uns et des autres, au risque de mettre le doigt dans un engrenage fatal.

Raison de plus pour relire Huntington.

Wikileaks et après?

La scène du balcon

Au lendemain de la réélection du président Obama, Julian Assange a cru bon de sortir de son silence forcé pour déclarer qu’il n’y avait pas lieu de célébrer la victoire du candidat démocrate qui n’était qu’un « loup déguisé en agneau » et que c’était bien là le problème car, en dépit de son apparence sympathique, le nouveau président ne mettrait pas un terme aux attaques de l’administration américaine contre Wikileaks, bien au contraire.

Avec cette déclaration à contre-courant le porte-parole de Wikikeaks tentait de se rappeler à notre souvenir. Julian Assange est un communicant, c’est bien cette qualité qui l’a rendu célèbre. Il doit son existence d’homme public à cette qualité et il a toujours su soigner la mise en scène de ses interventions. En cela, sa prestation londonienne du dimanche 19 juillet 2012 avait été impeccable.  Tous les bons ingrédients y étaient. Suspense pendant 48 heures (va-t-il parler, où, que va-t-il dire ?), longue attente sur place d’un public acquis (ce n’est pourtant pas la distance qui séparait sa chambre du balcon qui pouvait justifier presque une demie heure de retard sur l’horaire finalement prévu), sobriété et dépouillement à l’extrême du jeu de l’acteur dans le rôle du justicier harcelé par les forces du mal.

 Le choix du balcon n’était d’ailleurs pas anodin. Les balcons ont souvent été des instruments privilégiés par des personnages charismatiques pour communiquer directement avec le peuple des citoyens, des fidèles ou avec le pays profond. Sans intermédiaires, les yeux dans les yeux. Grâce à la magie moderne de la télévision et d’internet, l’audience relativement modeste de Hans Crescent s’est élargie au monde entier.

Du fond de sa solitude tragique Julian Assange interpelait alors directement le président le plus puissant de la planète pour lui enjoindre de revenir à la raison et de retrouver les idéaux fondateurs de la révolution américaine. Amalgamant des situations qui n’ont que des points communs assez vagues, il appelait à une levée en masse pour défendre la liberté d’expression qui, à l’en croire, serait tout particulièrement menacée par des Etats bien connus pour leurs tendances totalitaires comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ou la Suède.

On avait du mal à s’en convaincre, mais Julian Assange y croit. Cet homme dont les principales qualités ne sont ni la souplesse ni l’humour, a investi avec une rigidité croissante le rôle de l’imprécateur promis au bûcher parce qu’il dénonce les complots des méchants puissants. Et tant pis si dans ce combat il est peu regardant sur le choix des moyens et de ses alliés, étant réduit à recourir au soutien de gouvernements, d’Amérique centrale notamment, dont le bilan en matière de droit de l’homme et de liberté d’expression est fort peu présentable.

Et maintenant ?

Wikileaks, qui existe depuis 2006 et ne doit pas tout à Julian Assange, s’était lancé il y a deux ans dans ce qui devait être la plus gigantesque entreprise de mise à nu des pratiques non démocratiques  de la diplomatie américaine au premier chef, mais aussi des pratiques occultes des gouvernements d’une manière générale, censés s’entendre entre eux sur le dos des citoyens. Les médias s’étaient alors précipités sur les quelque 250 000 télégrammes diplomatiques en espérant y trouver des révélations juteuses, certains comme Le Monde et d’autres organes de presse respectables, s’efforçant de donner une présentation « responsable » à ce déballage en publiant seulement des analyses sur la base de sélection de documents. Les autorités américaines et la plupart des gouvernements avaient, de leur côté, condamné cet acte de piraterie et déploré ses potentielles conséquences négatives sur la conduite des affaires internationales.

Au bout de quelques mois, l’enthousiasme initial des uns et les inquiétudes des autres ont fait place à une grande indifférence.

Qu’ont révélé en effet les plus substantiels de ces documents qui, au demeurant, sont d’un niveau de confidentialité relativement modeste ? Pas grand-chose que l’on ne savait déjà. On constate sans surprise à leur lecture que les analyses des fonctionnaires américains sont sérieuses, documentées, plutôt mesurées, et qu’elles pourraient, la plupart, avoir été écrites par des diplomates français, allemands ou britanniques. Les portraits au vitriol et souvent humoristiques de certains dirigeants sont plutôt à porter au crédit de leurs auteurs. Le champ d’observation est large et l’insistance plus ou moins marquée sur certains sujets, illustre simplement l’échelle des priorités américaines selon le pays ou la région.

La principale conséquence immédiate de la publication des télégrammes diplomatiques aura été la mutation de quelques ambassadeurs américains, coupables, dans la plupart des cas, ironie suprême, d’avoir dénoncé dans leur correspondance les dérives ou la corruption de certains dirigeants locaux. Comme, par exemple, l’ex-ambassadeur des Etats-Unis en Equateur, Mme Hodges, qui avait dû quitter Quito en avril 2011 après avoir été déclarée persona non grata par les autorités équatoriennes. Son tort avait été de signer en juillet 2009 un télégramme divulgué par Wikileaks puis publié dans le quotidien espagnol El Pais, dans lequel elle affirmait que le président Rafael Correa avait nommé en 2008 un certain Jaime Hurtado chef de la police, malgré les présomptions de corruption qui pesaient sur lui.

De par le monde, quelques interlocuteurs trop bavards des ambassades américaines ont sans doute été depuis réduits au silence, mais pour le reste, les relations internationales n’auront pas été bouleversées et les citoyens n’auront pas appris grand-chose que la lecture raisonnée de la presse ne leur aurait déjà appris.

Entre temps, les médias sont passés à d’autres sujets, le Foreign Office et la justice britannique campent avec sérénité sur leurs positions et Julian Assange, dont la croisade s’est perdue dans les sables et dont le balcon ne donne plus que sur un square désert, risque de tourner encore longtemps en rond dans son réduit équatorien.

Election de Barack Obama

  • La réaction à l’annonce de la réélection de Barack Obama  est le soulagement.

Sa victoire est incontestable. Elu avec environ 56 pour cent des voix des grands électeurs, les prédictions qui annonçaient une victoire étriquée, voire une défaite, se sont révélées fausses et même si le pourcentage du vote populaire est plus faible, Barack Obama n’en a pas moins obtenu la majorité, ce qui lui évite une victoire qui pourrait être présentée comme le résultat technique d’un système électoral dont la simplicité n’est pas la première vertu. Non pas que cela eût réellement entamé sa légitimité aux yeux du peuple américain ; après tout il n’aurait pas été le premier président à être élu avec une minorité des voix populaires, mais dans le contexte de crise actuel avec une chambre des représentants aux mains des républicains, il aura besoin de tout ce qui peut conforter sa stature et son image. Continuer la lecture

Le chaudron grec

Décidément, la Grèce n’en finit pas de hanter l’inconscient européen. Depuis presque quatre ans maintenant le pays est en crise. Ou, plus exactement cela fait quatre ans que cela est devenu évident. Crise économique et financière aggravée par une crise politique où se retrouvent tous les délices et poisons de la cuisine politicienne traditionnelle grecque.

Dans cette affaire, il semble que de tous côtés on soit dans le déni de la réalité.
Lorsque la directrice générale du FMI suscite l’indignation vertueuse de la gauche française et l’ire des Grecs en les exhortant à payer leurs impôts, elle ne fait, maladroitement ou de manière provocatrice, qu’énoncer une banalité bien connue à savoir que l’Etat grec, même si des progrès ont été enregistrés ces derniers mois, a toujours été chroniquement incapable depuis sa naissance de faire rentrer les recettes fiscales qui auraient permis de construire ce pays sur des bases solides. Continuer la lecture

Retrait d’Afghanistan

Retrait d’Afghanistan en 2012

Parmi les mesures annoncées par F. Hollande dans son programme électoral figurait le retrait des troupes françaises d’Afghanistan en 2012, deux ans avant celui des troupes américaines et un an plus tôt que ce qu’avait pour sa part annoncé N. Sarkozy. Cette décision a été confirmée auprès de ses alliés au sommet de l’Otan à Camp David le 18 mai. A l’issue de la réunion, le président affiche une satisfaction totale, affirmant que ses interlocuteurs en ont parfaitement compris les raisons et que personne n’en veut le moins du monde à la France.

Certes, dans ce genre d’enceinte l’on est entre gens courtois, mais il y a tout de même eu quelques voix pour rappeler qu’on y était allé ensemble et qu’il aurait été souhaitable qu’on en sortît ensemble. Continuer la lecture